L'impression d'un paysage​​​​​​​
Chercher Vincent
[...] Si on étudie l’art japonais alors on voit un homme 
incontestablement sage et philosophe et intelligent qui passe son temps  –  à quoi – à étudier la distance de la terre à la lune – non, à étudier la politique de Bismarck – non, 
il étudie un seul brin d’herbe.
Mais ce brin d’herbe lui porte à dessiner toutes les plantes 
– ensuite les saisons, les grands aspects des paysages, 
enfin les animaux, puis la figure humaine. Il passe ainsi sa vie, et la vie est trop courte, à faire le tout.Voyons cela, n’est ce pas presque une vraie religion ce que nous enseignent ces japonais si simples et qui vivent dans la nature comme si eux mêmes étaient des fleurs. 
Et on ne saurait étudier l’art japonais, il me semble, sans devenir beaucoup plus gai et plus heureux et cela nous fait revenir à la nature malgré notre éducation et notre travail dans un monde de convention.»
lettre de Vincent à son frère Théo 1888             
Exposition du 16 au 24 mai 2020 - L'Isle Adam - Vallée de l'Oise et du 1er au 21 juin - Little Big Galerie - 45 rue Lepic - Paris

LE PASSAGE
Pendant deux ans 
j’ai photographié un rocher
en savoir plus sur 9lives magazine.
Exposition du 13 au 19 juillet 2020 Pléneuf-Val-André - Bretagne
Archivages. Architecture et rivages. En 2005 je publiais mon premier livre intitulé « Bord de mer ».  Avec l’envie curieuse de découvrir et de partager les paysages variés des côtes de France, j’y dressais un inventaire choisi et totalement illustré des stations balnéaires des côtes de France dans ce qu’elles avaient de plus charmant et pittoresque. Au terme d’un tour de France par la côte réalisé en Volvo  au plus proche du rivage, de Bray-Dunes à Bonifaccio, 133 stations balnéaires furent choisies, 757 bonnes adresses répertoriées pour prendre un café au bord de l’eau sinon apprécier le bonheur tant attendu d’une chambre avec vue. La Grande Motte ne figurait pas dans ce livre. Une dizaine d’années plus tard, après plusieurs livres publiés - principalement consacrés à l’univers de la décoration et de l’art de vivre -, mon travail de photographe s’est diversifié autant que précisé, est devenu mon métier s’orientant vers le design, l’architecture et l’art de vivre. Sans projet préconçu, je suis retourné à La Grande Motte en 2016 en la regardant différemment. 
Au-delà de l’extraordinaire travail protéiforme du béton, très graphique et éminemment photogénique, j’ai redécouvert une station balnéaire dans ce qu’elle a de commun avec d’autres sites iconiques du littoral français tels Le Touquet-Paris-Plage, Dinard ou Biarritz. À l’instar de stations plus méconnues de Mers‑les‑Bains ou Soulac-sur-Mer dont on apprécie l’architecture pour ce qu’elle a de grandiloquent autant que pour ses fantaisies modestes, La Grande Motte a grandi avec mesure, s’est épanouie grâce au talent visionnaire et global de son concepteur. Qui offre aujourd’hui au voyageur un formidable objet de  promenade urbaine et balnéaire dans un environnement paysager visionnaire. 
Bord de mer, inventaire du littoral
Bord de mer, inventaire du littoral
Bord de mer, inventaire du littoral
Bord de mer, inventaire du littoral
Bord de mer, inventaire du littoral
Bord de mer, inventaire du littoral
Bord de mer, inventaire des stations balnéaires des côtes de France